Hemen zaude: Hasiera Hemeroteka Vacances studieuses avec un chorégraphe danois

Dokumentuaren akzioak

Vacances studieuses avec un chorégraphe danois

Des élèves du monde entier suivent les cours de l'Académie Bournonville.

Egilea
Antoine Galindo
Komunikabidea
Sud Ouest
Tokia
Biarritz
Mota
Albistea
Data
2011/07/28
Lotura
Sud Ouest

Dès l'entrée, on entend résonner le piano à queue qui accompagne les pas de danse. Une professeur danoise explique et décortique en anglais les mouvements à ses élèves.

« Pendant cette semaine, nous cherchons à pérenniser le style et l'œuvre de Bournonville », explique Monik Elgueta, directrice de l'Académie. « Proche du style français, son phrasé a été transmis sans interruption depuis le décès du chorégraphe, en 1879. C'est donc une œuvre parfaitement originale que nous enseignons ici », se félicite cette passionnée qui veille le reste de l'année sur l'école de ballet de l'USB.

Un enseignement complet

À partir de 10 heures, les élèves divisés en plusieurs groupes apprennent les pas de danse des ballets de Bournonville. Il en a composé une cinquantaine. Puis, on leur enseigne le répertoire, de midi à 14 heures. Les classes sont studieuses. Les élèves sont tous des professionnels ou préprofessionnels de très haut niveau. Ils boivent les paroles de leurs professeurs.

« Dès le début de la semaine, l'ambiance est très bonne », explique Éric Viudes, Biarrot aujourd'hui professeur de danse à Oslo. « Les élèves prennent sur leur temps libre pour venir assister à ces cours, ils sont très motivés. » Au total, une dizaine de nations sont représentées.

L'idée de cette académie est née de la rencontre entre Monik Elgueta et Éric Viudes. Tous deux sont passionnés de danse, et plus particulièrement de l'œuvre de Bournonville. « Nous cherchons à donner un enseignement complet de cet artiste. Et aujourd'hui, il est impossible de trouver pareille offre en Europe, à part au Danemark. » Les deux enseignants insistent beaucoup sur le caractère exceptionnel de l'événement.

Pour l'occasion, ils ont fait venir une dizaine de professeurs scandinaves spécialistes de l'illustre chorégraphe. D'éminents membres des plus prestigieuses compagnies de danse classique participent à ce stage. L'Opéra de Paris, le Conservatoire national supérieur de Paris ou encore le Ballet royal danois y ont apporté leurs concours.

Pas de farniente et de plage

En plus des cours de danse et de répertoire, les élèves assistent aussi à des conférences et des projections l'après-midi. Il n'y a pas trop de temps pour le farniente.

Exemple : Gilbert Mayer, l'un des conférenciers, est professeur à l'Opéra national de Paris. Aujourd'hui, à 15 h 30, il donne, à la médiathèque de Biarritz, à côté du conservatoire, une conférence sur le thème « Antoine et Auguste Bournonville, une passion commune : le style français ». Cette conférence est ouverte à tous. Demain, il animera une séance de lectures et de films intitulée « Les Bournonville à Paris ». « C'est grâce au soutien de la Mairie et de Didier Borotra que cette semaine intensive a été rendue possible », explique Monik Elgueta. Les élèves sont logés au lycée hôtelier.

La Ville tend ainsi à devenir un pôle de danse et de culture. Les stagiaires sont pour la plupart issus des meilleures écoles, et évoluent dans des compagnies très prestigieuses. Samedi, ils présenteront le travail qu'ils ont effectué au cours de la semaine. La matinée portes ouvertes aura lieu au studio de Thierry Malandain, dans la gare du Midi.

S'ensuivra une séance de remise des diplômes. Chaque stage est diplômant. Mais « pour être tout à fait compétent en Bournonville, il faut en avoir effectué six », explique Monik Elgueta. Chaque année, le niveau des danseurs est donc censé monter d'un cran.

Dokumentuaren akzioak