Hemen zaude: Hasiera Hemeroteka Un Libertimendu fidèle à la tradition

Dokumentuaren akzioak

Un Libertimendu fidèle à la tradition

Egilea
Josette Duvigneau
Komunikabidea
Sud Ouest
Tokia
Saint-Palais
Mota
Albistea
Data
2010/02/12

Dimanche 7 février, une cinquantaine de jeunes de 18 à 25 ans a pris d'assaut la ville semant sur son passage un vent de fête et de folie. Le cortège des 70 danseurs, musiciens, bertsularis et zirtzils (va-nu-pieds) a sillonné les rues, rassemblant un public de plus en plus nombreux, pour se fixer sur l'esplanade du marché.

Durant près de deux heures, dans une représentation truffée d'allusions et de métaphores « toutes en finesse », adaptées aux personnalités et événements locaux, ils ont apporté leur vision critique, comique, poétique et parfois dramatique de l'avant modernisation locale (le fermage, la métairie, la pauvreté, la résignation : « C'est comme ça ! »).

Regard sans complaisance

Dans une mise en scène de Mattin Irigoyen, la troupe de théâtre Kitzikazank, le groupe de danse Burgaintzi et les quatre bertsularis se sont affrontés, sur des joutes scéniques et caricaturales visant « un passé révolu mais pourtant si présent », face à un public médusé et conquis par les pirouettes et pieds de nez d'un joyeux charivari où la puissance des images et du bruit valaient tous les grands discours. Ils ont interpellé, découpant (à la tronçonneuse) les sujets ubuesques de l'actualité en regardant les choses pour le sens qu'elles ont aujourd'hui. « C'est quoi la culture ? La télé, Johnny, la coupe du monde de rugby... Mais aussi le mal-être d'une société qui ne sait plus à quel saint se vouer ». La grippe A, la grève du lait, la course à l'activité... « À Saint-Palais, il y a plus de pizzerias que de bistrots... Et deux nouvelles banques. L'an dernier avec la crise, ils étaient pourtant tous morts ?... Ils n'ont pas de crise si ce n'est... Une crise de foie ». Au pays du canard, foie gras et gavage prennent alors une tout autre signification.

À la fin de ce regard sans complaisance, sans nostalgie et plein d'humour, la fête s'est poursuivie à la salle polyvalente d'Aïcirits où plus de 200 personnes ont participé au repas organisé par l'ikastola.

Le Libertimendu réveillera-t-il le printemps et son flot d'animations ? Malgré un magnifique carnaval en 2009, « du fait de la défaillance des écoles », il n'y aura pas de San Pantzar cette année.

Face à une foule nombreuse, les zirtzils raillent par des « baga, biga, boga » les incohérences du système. (photo j. d.)
Face à une foule nombreuse, les zirtzils raillent par des « baga, biga, boga » les incohérences du système. (photo j. d.)

Dokumentuaren akzioak