Hemen zaude: Hasiera Hemeroteka Thierry Malandain reste fidèle à sa compagnie

Dokumentuaren akzioak

Thierry Malandain reste fidèle à sa compagnie

Le directeur et chorégraphe du CCN Ballet Biarritz a prolongé l'aventure pour quatre ans

Egilea
Christophe Berliocch
Komunikabidea
Sud Ouest
Mota
Albistea
Data
2009/08/07

Ce n'était pas gagné, car la pression du ministère de la Culture, qui a la mainmise sur les 19 CCN en France, était forte. Financière surtout. L'État ne souhaitait pas augmenter sa subvention et, surtout, avait demandé à Ballet Biarritz de passer à 12 danseurs, ce qui aurait mis la compagnie en péril.

« En fait, confie Thierry Malandain, nous étions en négociation pour renouveler la signature de notre convention qui nous lie à l'État. Cela a duré plus de temps que prévu car le ministère avait demandé un audit ; chaque année, en effet, nous déplorons un léger déficit. Le ministère a donc mandaté une personne pour voir ce qu'il en était exactement. »

Bientôt 18 danseurs

Ce représentant du ministère de la Culture a passé deux mois et demi à Biarritz, à éplucher les comptes de la compagnie, ses actions, à la voir fonctionner au jour le jour. L'expert a rendu un rapport positif. Non seulement, la subvention de l'État ne baissera pas, elle augmente même, et, mieux, Ballet Biarritz disposera de 18 danseurs, un de plus qu'actuellement.

« C'est mérité, estime Thierry Malandain, notre compagnie travaille d'arrache-pied à Biarritz depuis dix ans, nous sommes le CCN qui tourne le plus à l'étranger, nous sommes premiers en terme de mécénat, tout cela a été reconnu. Du coup, j'ai prolongé mon bail de quatre ans à la tête de la compagnie. »

Thierry Malandain sait qu'il arrive à un tournant de sa carrière. A 50 ans, l'ancien danseur de l'Opéra de Paris est un chorégraphe réputé -il est l'auteur de plus de 70 chorégraphies- et demandé dans le monde entier. Mais il se trouve à un âge charnière de sa carrière, où tout un tas de questions se bousculent dans sa tête.

« Tous les cadres de la compagnie ont 50 ans ou plus, des interprètes comme Giuseppe Chiavaro ou Magali Praud, présents depuis le début, vont bientôt arrêter, il va falloir gérer la transition, on s'interroge forcément sur la suite, confie Thierry Malandain. Dix de nos danseurs passent en ce moment le diplôme d'État de professeur, nous les aidons au maximum, personnellement, je me donne encore dix ans, que j'espère bien vivre à fond, comme je l'ai toujours fait depuis mes débuts dans la danse... »

Thierry Malandain dirigera un ballet qui passe à 18 danseurs, contre 17 aujourd'hui. (photo j.-d. chopin)
Thierry Malandain dirigera un ballet qui passe à 18 danseurs, contre 17 aujourd'hui. (photo j.-d. chopin)

Dokumentuaren akzioak