Hemen zaude: Hasiera Hemeroteka Présence gasconne

Dokumentuaren akzioak

Présence gasconne

Aci Gasconha fait sa rentrée, avec une multitude d'activités : cours de gascon, danses, chœurs, radio, bibliothèque… Mais il lui manque des jeunes.

Egilea
Emmanuel Planes
Komunikabidea
Sud-Ouest
Tokia
Anglet
Mota
Albistea
Data
2011/09/26
Lotura
Sud-Ouest

À tout seigneur, tout honneur. Commençons par les cours de gascon dispensés d'octobre à juin, le lundi et le mardi à 18 heures, par le jovial Miquèu Baris. Ses élèves peuvent être aussi bien poussés par des raisons professionnelles (notamment les ensignants de classes bilingues) que par le simple plaisir de manier la langue gasconne. En vue d'un apprentissage rapide, Miquèu Baris s'appuie sur une méthode officielle, « A hum de calhau ».

Sauts béarnais

Maïté Maisonnave est la responsable des cours de danse. « Danses traditionnelles gasconnes et au-delà », précise-t-elle. Un au-delà qui peut aller jusqu'à l'Auvergne. Lors de ces cours, on apprend à danser le rondeau, et ses variantes (en chaîne, en couple), le congo, qui est un rondeau à quatre, mais aussi la scottish, la mazurka, la polka, qui ont toujours été dansées en Gascogne. Sans oublier les sauts béarnais « qu'on a tendance à oublier et qui ressemblent étrangement aux mutxiko ». Les cours ont lieu le jeudi à 17 heures.

Si l'on veut chanter avec Aci Gasconha, trois possibilités. Tout d'abord, la chorale mixte dont le chef de chœur est, depuis trois ans, Michel Pédeflous, par ailleurs chef de la Baiona Banda. Un chef exigeant. Le répertoire est composé de chants en gascon, et en français, mais ayant trait à la Gascogne. La chorale a participé, cette année, à la Fête de la musique, au Festival gascon, elle a animé régulièrement des messes de Noël dans différentes paroisses du BAB, la messe de la Maïade à Anglet. Et elle espère être bientôt en mesure de donner des concerts. « Mais il nous manque des choristes dans tous les pupitres, notamment des voix d'hommes », fait remarquer Georgette Lebellec, membre de la chorale. Les répétitions sont le lundi soir.

Los Pingorlats est un groupe polyphonique composé de dix-huit chanteurs, qui répète le vendredi. Avec son répertoire festif, il apporte un peu de gaieté dans différentes manifestations caritatives qu'il anime bénévolement. Chacun des chanteurs porte une chemise de couleur différente. D'où le nom de Pingorlats, qu'on peut traduire par « bariolés », choisi il y a cinq ans après mûre réflexion. Le groupe cherche, lui aussi, de nouveaux membres, et surtout un « mestre de cant », un chef de chœur. « Mais moins strict que celui de la chorale mixte », précise Francis Garey, chanteur des Pingorlats.

Et enfin, Aci Gasconha accueille Vocalizzi, un groupe a cappella spécialisé dans la musique de la Renaissance, classique et baroque, dirigé par Claude Etcheverry. Il répète le mardi après-midi.

Son béret vissé sur la tête, Amédée Baris est responsable d'« Escotatz », une émission de radio de quarante-cinq minutes, entièrement en gascon, diffusée tous les jeudis vers 13 h 15 sur Gure Irratia, radio en langue basque. « Un bel exemple d'œcuménisme », reconnaît-il. Et il organise aussi des conférences, le deuxième mardi de chaque mois, d'octobre à mai. (Lire ci-contre)

Animée par Monique Gautier et Nicole Dauga, la bibliothèque de prêt, ouverte le mercredi de 15 à 18 heures, est riche de quelque 800 à 900 ouvrages. Guy Mondorge, premier adjoint au maire et membre de l'association, souhaiterait qu'ils puissent être référencés sur le site de la bibliothèque municipale. « On cherche un financement », indique Bernard Dauga.

Le président d'Aci Gasconha n'a-t-il pas le sentiment que, ces derniers temps, la langue et la culture gasconnes redressent un peu la tête, sont moins marginales dans l'agglomération bayonnaise ? « On commence à être visibles », répond-il prudemment. « Mais il nous faudrait davantage de jeunes… »

 Un groupe de danseuses lors d'une des dernières Maïades.  PHOTO DR

Un groupe de danseuses lors d'une des dernières Maïades. Photo DR

Dokumentuaren akzioak