Hemen zaude: Hasiera Hemeroteka Bodarin, le "flamango"

Dokumentuaren akzioak

Bodarin, le "flamango"

La création de la Compagnie Anaigazteak a bouleversé les m¦urs et montré que l’on pouvait faire autre chose à partir de la tradition

Komunikabidea
Le Journal du Pays Basque
Mota
Albistea
Data
2008/04/10

Les "Oh" et "Waou" ont fusé dans la salle à plusieurs reprises même si l’orgie a semblé gêner certains. D’autres ont "aimé le concept sans rentrer dedans". Christian Larralde, directeur artistique, se dit "satisfait de cette première pour laquelle je m’attendais à des réactions plus violentes que pour Bidean Zehar qui restait politiquement correct par rapport à Bodarin".

En effet, le pari était ardu avec cette partie moderne jazz très osée sur la vision des Akelarre par De Lancre. "Les gens n’ont pas bien saisi le lien, rompu par un incident technique, avec la partie traditionnelle. Je me suis rendu compte que beaucoup ne connaissaient pas l’histoire des procès de la sorcellerie, en cela, le tableau manquait peut-être d’explications".

La partie flamenco, soutenue par une musique de grande qualité, a conquis le public avec notamment l’envolée de la jeune mariée pour un Zinta aérien de sa robe tout en splendeur.

La Compagnie a prouvé que l’on pouvait faire un spectacle à partir d’une thématique basque. Christian Larralde dit avoir reçu le plus beau compliment que l’on pouvait lui faire de Pantxoa Etxegoin, Président de l’Institut Culturel Basque qui a financé la création, pour avoir "réussi à moderniser la danse traditionnelle".

Un détail n’a pas échappé à Christian : "les spectateurs sortaient avec une lueur dans les yeux". Une chose est sûre, Bodarin ne laisse pas de marbre et fait réagir.

Les prochaines représentations auront lieu à Louhoussoa le vendredi 2 mai à 21h00 et le dimanche 4 mai à 15h30.

Dokumentuaren akzioak